Crédit photo: Marisol Lemyre

Note de l’éditrice:

3.5/5

Description

Le moins que l’on puisse dire du Complexe Atlantide, c’est qu’il sait demeurer animé, même durant sa morte-saison. En effet, lorsque les campeurs et les familles friandes de son parc aquatique ont bouclé bagage depuis belle lurette, les zombies continuent d’errer dans leur manoir et les proprios des lieux, de laisser leur esprit en ébullition, tels des génies fous, pour trouver toujours des idées pour attirer, et torturer (gentiment) les amateurs d’émotions étranges et de lieu inusité.

Une des activités qui a contribué à étendre la réputation du Complexe comme une trainée de feuilles automnales est son Manoir hanté. « La plus grande maison hantée au Québec », « Une bonne heure avant d’en sortir » se vante-t-on ici. Sombre promesse de zombie ou réalité? Une chose est sûre : durant la période de pointe du manoir, les 3 vendredis et samedis précédant l’Halloween, les visiteurs s’agglutinent en longue file devant chaque activité du Complexe de ce village perdu, comme devant les manèges durant les plus belles années de La Ronde.

En effet, si le Manoir constitue la pièce de résistance en cette saison, d’autres attractions s’adressent à tous les niveaux d’âge, de peur et de fantaisie. Un parcours dans les bois et des dégustations d’insectes (morts, mais de vrais insectes quand même) se sont ajoutés, en 2018, afin de venir à bout de l’audace des téméraires. Une ferme d’animaux zombies et une caverne des monstres se dressent aussi pour apprendre à dompter ses peurs dès l’aube de sa vie. Même le Château magique, qui a comme mission, tout l’été, d’émerveiller les enfants avec des décors de contes de fées et des plus célèbres films de Disney, se donne un air macabre, le temps de ces semaines fatidiques.

Mais le Château n’est pas le seul à avoir connu un destin, disons… atemporel. Le Manoir hanté a connu une telle popularité à travers les années qu’il a continué à faire partie du décor et des activités phares des estivants, même lorsque le soleil plombe et que le parc Aquatique du site de camping les attend. L’activité ne dérougit par, hors de l’automne, même si les visiteurs sont avertis qu’ils sont mieux de laisser leurs angoisses… et leurs enfants de moins de 12 ans hors des murs, avant de se lancer dans l’aventure. Et les hôtes du parc mettent tout en œuvre pour s’assurer que les visiteurs ne puissent s’empêcher d’y revenir, d’année en année, en y ajoutant constamment de nouveaux éléments.

D’ailleurs, cette année, une toute nouvelle salle des égouts s’ouvre à ceux qui ne craignent pas trop de ne jamais en ressortir. Ce dernier élément s’ajoute à une multitude d’étapes, d’animation et d’éléments de scénographie du parcours intérieur du Manoir. Et aucune des sensations ne peut être évitée puisque les visiteurs avancent à la queue leu leu à travers des couloirs très étroits, menant d’une salle d’horreur à l’autre, où des monstres, mécaniques ou humains, savent nous inciter à ne jamais nous éterniser.

Mots-clés : zombie, fantôme, psychopathe, clown, maison hantée, forêt, camping,

Pour connaître notre politique éditoriale


Critique de l’éditrice

« C’est terrible, c’est absolument dégoûtant, j’adore! ». Quiconque doute qu’une phrase aussi bizarre puisse exister aura la certitude qu’elle peut être dite, une fois entré au Manoir. Il faut dire que le désir de vivre l’angoisse a su monter longtemps avant de franchir le seuil, avec des files d’attente de parfois plus d’une heure, avant d’y entrer.

Le jeu en vaut-il la chandelle? Bien que les soixante minutes semblent décidément plus courtes dans le Manoir que dans la file, ceux qui en sortent semblent y avoir trouvé la dose d’émotions fortes qu’ils sont venus y chercher. Il faut dire que le choix de faire entrer les visiteurs par groupe de dix seulement semble se justifier assez rapidement, lorsqu’on se retrouve à prendre la main d’un inconnu après quelques minutes de déambulation pour soulager ses peurs. Dans un plus grand groupe, de telles familiarités n’auraient pas pu trouver leur place.

Cela dit, les moyens choisis pour susciter ces terreurs si convoitées demeurent, si l’on peut dire, dans les limites du raisonnable. Le décor garde néanmoins un côté carton-pâte assez prononcé, avec des salles correspondant aux grands classiques de l’horreur (les clowns, les salles de savant fou, des chambres d’exorcisme, etc.) et des mannequins, plus ou moins convaincants, selon le cas. La satisfaction tient alors en grande partie à l’impression de pouvoir ainsi réaliser un fantasme d’enfance : la maison hantée que l’on aurait toujours rêvé de visiter, étant enfant ou jeune ado, maintenant adaptée à nos angoisses d’adulte.

Mais les enfants peuvent aussi connaître leur moment de frayeur au Château hanté, de même que, avouons-le, plusieurs adultes qui les accompagnent. Le plaisir de retrouver certaines des craintes associées à leurs fantaisies d’enfance se mêle au sentiment d’insécurité associé à des effets spéciaux, devant lesquels les petits semblent parfois se montrer plus braves que les grands.

Par contre, d’autres nouveautés de 2018, pourtant réservées aux adultes avertis, sont loin d’amener le cœur à se débattre autant dans la poitrine. Le parcours dans les bois aurait pourtant pu présenter un énorme potentiel, si les acteurs y avaient été plus nombreux et si l’on y avait trouvé plus d’éléments directement reliés aux ressources toutes naturelles de frayeur de la forêt, plutôt que d’y miser sur quelques accessoires électroniques ou caoutchoutés.

Et dans les bois, comme ailleurs sur le site, les prestations et les maquillages des acteurs sont parfois inégaux, allant de la plus grande minutie au masque le plus banal. Le fait que les personnages doivent jouer le double rôle d’effrayer et de guider menace aussi parfois la crédibilité de leur côté monstrueux. La présence, sur le site, de quelques guides aussi effrayés que les visiteurs aurait pu éviter cette ambivalence. Les recettes d’insectes en dégustation pourraient également être améliorées.

 

En contraste, à l’intérieur de Manoir, le sentiment d’immersion est parfois total, notamment parce que les créateurs ont su miser sur les sensations les plus variées. Des planchers qui tremblent, des plafonds qui chutent, la nécessité de se faufiler dans des espaces restreints, des effets sonores, visuels, mais aussi tactiles et olfactifs, rien n’a été épargné. Leurs ajouts intérieurs de cette année, sous le thème des égouts, s’avèrent particulièrement impressionnants et l’on y trouve aussi les meilleurs acteurs. Dommage pour les 5000 visiteurs qui, dit-on, se sont esquivés avant la fin!

Mais est-ce vraiment la peur qui les a fait disparaître ou un quelconque maléfice d’Halloween? La question demeure ouverte. Quoi qu’il en soit, dans notre petit groupe, l’esprit de l’aventure semblait plutôt nous inciter à ne jamais repartir.

Merci au Complexe Altlantide,
à ses fidèle serviteurs
ainsi qu’à Marisol et Myriam
Qui m’ont aidé à les braver

Marie-Hélène Proulx

Détails

5 ans et plus, un visiteur ou plus, 1h à 4h par visite, 19,99$

Réservez s'il vous plait

Réservez s'il vous plait

- de 4 joueurs

- de 4 joueurs

-25$ par personne

-25$ par personne

Adultes (16 ans et +)

Adultes (16 ans et +)

facile

facile

Famille (0 à 10 ans)

Famille (0 à 10 ans)

Stationnement

Stationnement

Laisser un Avis

La qualité de l’accueil
L’originalité
L’expertise de l’équipe
L’adaptation aux différentes clientèles
Aspect, confort et propreté des lieux
Publication en cours ...
Votre évaluation a été envoyé avec succés
Veuillez remplir tous les champs