Crédit photo de Ryan Kwok sur Unsplash

Note de l’éditrice 4/5

Description

L’équipe d’Exit Évasion n’est ni la première, ni la dernière, à s’inspirer d’un grand succès du box-office pour créer un décor. Ici, sans que le titre soit exactement le même, l’influence du film Lendemain de veille se fait ouvertement sentir.

Scène de l’amnésie, prise 2

Voilà donc la première occasion, pour bien des joueurs, d’explorer en détail la reconstitution d’une suite d’hôtel quatre étoiles. Comme dans le scénario initial, le prestige des lieux a cependant été mis à rude épreuve par un enterrement de vie de garçon qui a mal viré, au point de laisser les convives, dont vous faites partie, complètement amnésiques. Remarquez que le décor s’adapte aussi bien à un shower de filles.

Toutefois ici, Dieu merci, on sait que le futur époux (ou la promise) est sain et sauf. Il est même déjà reparti et il est en route pour l’Église… mais sans sa bague, qu’il (ou elle) vous laisse le soin de retrouver, avant que sonnent les cloches de la cérémonie, dans une heure tapant. Où peut donc bien se cacher cette satanée bague? Pour le découvrir, il vous faudra parvenir à vous ressouvenir de toutes les idées saugrenues qui ont pu vous passer par la tête, durant les dernières heures.

Vegas-en-Québec, vous vous rappelez?

Bien sûr, votre esprit encore grisé sera mieux placé pour faire abstraction de quelques dérogations au script original et à l’histoire lanaudoise. Ici, pour les besoins de la cause, après la constatation de la remarquable remise en valeur de Venise-en-Québec et de la possibilité d’attirer, comme au Mont-Tremblant, les foules sur les pentes de son Groupe plein air, Tourisme des Moulins a ambitionné de devenir la réplique, à la sauce québécoise, des deux grandes citadelles du mariage que sont Las Vegas et Niagara Falls. C’est donc dans la toute nouvelle et flamboyante cité de villégiature Vegas-en-Québec, située à quelques roulements de roues, au Sud de La Plaine et de Mascouche, que vous regarderez l’aiguille des secondes tourner beaucoup trop vite.

Virus, effluves mortels ou cadavériques? Pas vraiment. Les maîtres du jeu sont déjà en mesure de garantir aussi que les participants à « l’enterrement » auront beau virer les placards de votre suite sans dessus dessous, aucun n’y tombera sur un squelette, ni sur une quelconque histoire d’horreur, comme on en retrouve dans la grande majorité des jeux d’évasion. Car derrière l’apparente légèreté de la source d’inspiration se cache un objectif bien senti : éviter les sueurs froides et créer plutôt un espace où les rires s’élèvent comme des bulles de champagne.

Chastes oreilles, s’abstenir…

Cette reconstitution a su néanmoins réserver bien des surprises, même aux concepteurs du jeu. Ceux-ci misaient avant tout sur leurs multiples clins d’œil au récit californien pour susciter les commentaires complices des adolescents. Ils se rendent maintenant compte que le contexte est avant tout propice à éveiller les vieux souvenirs d’ivresse que les adultes assagis gardent encore cachés, quelque part, dans leur mémoire.

Cette absence d’éléments effrayants ne justifie toutefois pas pour autant de faire de cette nouvelle destination de villégiature un lieu idéal pour les petites familles. Les enfants prépubères tolèrent parfois d’entendre parler d’entendre parler d’un quelconque monstre croque-mitaine, bien avant que leurs parents ne deviennent prêts à leur révéler qu’avant de s’assagir, ils ont passé par une jeunesse aussi débridée.

Mots-clés : jeu d’évasion, chambre d’hôtel, amnésie, États-Unis, film

Pour connaître notre politique éditoriale


Critique

Plutôt que de nous nourrir d’angoisse jusqu’à la dernière seconde, ce scénario promettrait de nous retenir par le rire. Il semble que dans ce pastiche du fameux film, Lendemain de Veille, le pari ait été bel et bien tenu.

Un coup de foudre tout en paillettes

Pourtant, qui aurait cru, dans les premières minutes, que tant de désordre serait au rendez-vous? Bien sûr, la thématique de la salle l’annonçait, mais l’accueil, lui, a été des plus attentionnés. Dominic, l’un des propriétaires, démontre chaleur et sensibilité, mais l’on comprend assez vite que son intention est de se mettre pleinement au service de l’équipe durant l’heure de jeu, et non de jouer les grooms impatientés par des clients turbulents.

Passer de cette introduction à l’ambiance de la salle fait l’effet d’une décharge électrique : décidément, on y imagine les concepteurs de jeu s’en donner à cœur joie à jeter, pêle-mêle, une multitude d’accessoires festifs. Ici, il n’y a aucun interdit qui tienne : ni celui de disperser les confettis, ni les bouteilles, ni les vêtements…

Les vêtements masculins, toutefois, brillent par leur absence. Il serait sans doute pertinent d’en rajouter quelques-uns. Cela comporte l’avantage de contribuer à adapter le décor au shower de filles.

Des idées lumineuses

Les rappels du film ne manquent pas non plus, mais adapter quelques éléments du scénario aux excentricités des fêtards du Québec n’aurait sans doute pas fait de tort.  Les concepteurs ont plutôt fait le choix de préserver la « bulle immersive » de Las Vegas en obstruant la vue vers l’extérieur par un paysage nocturne (étrange, pour une histoire se déroulant le matin). Cela n’a pas empêché mes partenaires de jeu de qualifier avant tout l’expérience de « lumineuse », en faisant référence à sa thématique et son contenu ingénieux.

Le nombre très élevé d’intrigues de cette salle non linéaire pousse constamment à la ratisser d’un bout à l’autre, faisant ainsi rapidement oublier sa taille, trop limitée pour y ajouter un lit. Quelques défis sollicitent particulièrement la dextérité, ce qui contribue aussi à la variété des plaisirs de ce lendemain de veille mouvementé.

Une veille technologique

En fait, les causes de réussites à portée de main sont si nombreuses que, lorsqu’on entend un déclic, on ne sait plus trop à qui revient le mérite. Notre sage Dominic n’est pas peu fier de cette complexité, puisque c’est lui, le programmeur, qui a conçu la majorité des mécanismes à enclencher. Et certains ont des modes d’activation des plus étonnants.

Est-ce dire que ce jeu de nouvelle génération a su se passer de toute forme de cadenas, clé, coffre ou équivalent? Pas tout à fait, mais la plupart d’entre eux s’intègrent particulièrement bien au contexte.

Ce concepteur-maitre de jeu continue néanmoins à porter toute son attention sur nous, par son écran, durant tout le parcours, afin de prévenir la moindre anicroche. Il a même poussé la rigueur jusqu’à créer une salle où il peut nous entendre! Il est cependant fort à parier qu’étant donné le volume de la trame sonore, les joueurs pourront préserver quelques secrets.

Plaisir d’ivresse

Dominic a-t-il alors été surpris, en entrant dans la salle, de découvrir notre quatuor, se disputant joyeusement les bling-bling et les accessoires pour la photo finale? En ce qui nous concerne, il demeure étonnant de constater à quel point, une heure à peine après notre première rencontre, cette ambiance de lendemain de vieille, si simulée soit-elle, a su contribuer à nous faire jeter par-dessus bord un si grand nombre de nos inhibitions.

Merci à D-Lorah, ainsi qu’Isabelle Marion et Julie Gagnon des Accros aux jeux d’évasion

Marie-Hélène Proulx, fondatrice

S'il vous plaît réservez

S'il vous plaît réservez

Détails

16 ans et plus (suggéré), 2 à 6 joueurs, 16 ans et plus, 60 minutes, 28$, par personne

- de 4 joueurs

- de 4 joueurs

Adultes (16 ans et +)

Adultes (16 ans et +)

Stationnement

Stationnement

Supervision joueurs

Supervision joueurs

Laisser un Avis

La qualité de l’accueil
L’originalité
L’expertise de l’équipe
L’adaptation aux différentes clientèles
Aspect, confort et propreté des lieux
Publication en cours ...
Votre évaluation a été envoyé avec succés
Veuillez remplir tous les champs